Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 21:28

L'organigramme de la BULAC n'est pas présenté selon la norme AFNOR. Mais il fait clairement apparaître la logique de l'organisation de cet organisme : c'est une logique par compétences internes (inputs) qui domine et qui permet de distinguer 5 pôles :

- le pôle "publics"

- le pôle "collections"

- le pôle "conservation"

- le pôle "administration"

- le pôle "informatique"

qui sont cinq fonctions à partir desquelles sont pensées les hiérarchies internes.

On a donc affaire à une structure de type fonctionnel, ou "forme U".

 

Toutefois, on remarque cinq missions transversales ne répondant qu'à la directrice générale, qui ne relèvent donc pas des fonctions :

- "communication externe"

- "action culturelle"

- "coordination enseignement et recherche"

- "prévention"

- "informatique et libertés"

 

Les titulaires de ces missions peuvent par aileurs occuper des positions fonctionnelles. Il s'agit ici d'un "staff" complétant les "lines" fonctions.

 

Si l'on avait voulu structurer la BULAC de manière multidivisionnelle (forme M), il aurait fallu éclater le pôle "collections" entre les différents publics et déployer le pôle "publics" en divisions répondant aux différents segments de publics fréquentant la BULAC, puis structurer les pôles "administration", "conservation" et "informatique" sous forme de staff.

 

Dans la grille d'analyse de Mintzberg, les pôles "publics" et "collections" constituent à la fois la ligne hiérarchique et le centre opérationnel.

Les pôles "informatique", "administration" sont les constituants de la technostructure, le pôle "conservation" constitue le support logistique.

La direction générale et les membres du staff investis de missions peuvent être assimilés au sommet stratégique.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Julien Vercueil - dans L2 MICRO
commenter cet article

commentaires